Le document suivant a été écrit par tous les jeunes participants durant les derniers jours d’expédition de Students on Ice en Antarctique, en 2000. Il démontre que les jeunes connaissent et comprennent bien les problématiques qui affectent l’Antarctique et que c’est avec passion qu’ils tenteront de protéger le continent blanc pour lui assurer un avenir durable. Cette déclaration, qui est l’aboutissement de leur aventure avec SOI, a été présentée par les étudiants aux responsables de la 14e Réunion consultative du Traité sur l’Antarctique (RCTA) et au Comité pour la protection de l’environnement (CPE) à St Petersburg, en Russie, en juillet 2001. 

Janvier 2001

Déclaration générale

L’Antarctique est le continent le mieux préservé de la planète et le moins touché par l’activité humaine. La grande différence qui subsiste entre l’environnement de cette région et celui du reste du monde devrait nous encourager à vouloir apprendre de nos erreurs. Entouré de l’océan Austral, son écosystème, à la fois riche et fragile, joue un rôle majeur dans la régulation du climat de la planète. L’Antarctique compte pour environ 70% des ressources d’eau douce de la planète et est l’habitat estival de la faune la plus diversifiée du monde. Sa surface glacée, vieille de centaines de milliers d’années, contient des archives précieuses sur l’histoire de la terre. La recherche antarctique, qui a, entre autres, aidé l’humanité à comprendre le changement climatique et l’amincissement de la couche d’ozone, démontre l’importance cruciale de soutenir les projets scientifiques dans cette région. La coopération de bonne foi entre les pays qui travaillent en Antarctique est un exemple pour le reste du monde sur la façon dont il est possible de collaborer entre nations dans différentes sphères d’activité. Cette approche doit être renforcée. 

La perspective éclairante de jeunes Canadiens

En tant que membre de la toute première expédition de jeunes en Antarctique, nous nous considérons chanceux d’avoir pu visiter et découvrir un endroit si unique au monde. Nous sommes des ambassadeurs passionnés qui sommes arrivés là-bas sans buts scientifiques et politiques bien précis. Mettre les pieds en Antarctique a été marquant au niveau émotionnel, artistique et intellectuel. En tant que leaders de demain, avec une nouvelle perspective globale du monde, nous ressentons maintenant la responsabilité de partager nos observations, nos impressions et nos inquiétudes à propos de ce continent. Nous espérons que notre intérêt, motivation et ouverture d’esprit puissent en éclairer plusieurs. 

Les étapes qui mèneront à la protection de l’Antarctique

Tous les pays doivent travailler ensemble pour soutenir et renforcer le Système du Traité sur l’Antarctique. Les pays doivent assumer l’entière responsabilité des leurs actions et des répercutions environnementales néfastes qu’elles engendrent en Antarctique et trouver les moyens pour renforcer les traités existants, en établissant, par exemple, une entité internationale avec un pouvoir judiciaire important. Une attention particulière doit être portée envers la recherche scientifique, le tourisme, la pêche, la pêche à la baleine et autres activités humaines qui peuvent compromettre l’intégrité de l’Antarctique et de l’océan Austral. Nous nous devons de redoubler d’efforts afin de sensibiliser le grand public et les acteurs du secteur privé aux menaces pour l’environnement, telles que les changements climatiques, la surpêche et l’appauvrissement de la couche d’ozone. Ces efforts doivent également s’accompagner de solutions. 

Sensibilisation et autres initiatives étudiantes

La sensibilisation du grand public est essentielle dans la poursuite de notre mission de protection des deux régions polaires. Les jeunes, en particulier, doivent comprendre très tôt l’impact que peut avoir la destruction de ces régions. Plusieurs initiatives peuvent être menées de différentes façons:

 

  • Ajouter au programme scolaire primaire et secondaire, dans plusieurs disciplines d’enseignement, des notions sur les régions polaires.
  • Soutenir les programmes axés sur l’apprentissage expérientiel et coopératif.
  • Fournir des compléments éducatifs grâce à différentes plateformes d’apprentissage, telles que l’internet, la télévision, les livres et les films. 
  • Offrir des conférences dans les écoles et les communautés données par des scientifiques et des étudiants qui connaissent bien les régions polaires.
  •  Donner l’occasion à des étudiants de participer aux activités du CCAR, CPC et autres comités polaires jeunesse. 
  • Permettre à la jeunesse de s’impliquer activement au développement d’activités éducatives sur les régions polaires.

Le rôle du Canada en Antarctique

Les Canadiens s’impliquent depuis longtemps en Antarctique, à travers l’exploration, la recherche scientifique et les activités commerciales. Le Canada est une nation polaire importante et son implication dans la recherche antarctique est une façon de mieux comprendre l’Arctique. Le Canada doit assurer le maintien et le soutien de ses activités en Antarctique. Voici quelques actions possibles pour le Canada:

  • Voir à l’établissement d’une base de recherche canadienne durable qui encouragerait la coopération internationale.
  • Devenir une Partie consultative du Traité sur l’Antarctique.
  • Faire preuve de plus de leadership en matière environnementale pour faire face à l’amincissement de la couche d’ozone et aux changements climatiques en soutenant l’utilisation et le développement des énergies vertes et des technologies vertes et en utilisant un système de taxes pour encourager le commerce équitable et durable.  
  • Démontrer l’exemple aux autres pays présents en Antarctique en s’assurant de bien mettre en oeuvre tous les aspects du Système du Traité sur l’Antarctique. 
  • Devenir membre à part entière du Protocole au Traité sur l’Antarctique relatif à la protection de l’environnement (Protocole sur l’environnement).